Saturday, 5 November 2016

L'anxiété sociale : on en parle ? (Mon expérience)



Hello tout le monde ! 

Depuis quelques temps, sur Internet et plus généralement les réseaux sociaux, on entend beaucoup parler des troubles psychiatriques, dont l'anxiété sociale. 
Ayant moi-même une expérience avec ce trouble, j'ai souhaité vous donner une (brève) définition, et partager mon expérience avec vous. 


L'anxiété sociale, qu'est-ce que c'est ? 


L'anxiété sociale (aussi appelée phobie sociale) est une forme de troubles anxieux qui correspond à une timidité exagérée, gênante ou handicapante. C'est l'un des troubles psychiatriques les plus fréquents, reconnu depuis peu (les années 1980 aux Etats-Unis). 

Les symptômes 

L'anxiété sociale se traduit par une peur intense qui survient dans une ou plusieurs situations sociales. Cette peur intense entraîne une gêne, un handicap dans la vie quotidienne. 
Souvent, la peur d'être observé  et jugé déclenche la peur. Les personnes qui en souffrent ont peur d'être vus comme anxieux, bizarres, distants, idiots... 

Les symptômes sont les suivants (la liste n'est pas exhaustive) : une peur de se trouver en public et exposé au regard d'autrui, une peur de la gêne ou de l'humiliation, l'exposition à une situation redoutée pouvant provoquer de l'anxiété... 

Chez les personnes qui souffrent de phobie sociale, on peut distinguer plusieurs effets comme l'oppression thoracique, la tachycardie (le coeur bat très vite), la transpiration, des difficultés respiratoires... 

Les personnes affectées peuvent éviter de se trouver en public, ce qui vient à interférer avec leur vie quotidienne. Les personnes souffrant d'anxiété sociale peuvent également être plus sujettes aux troubles de l'attention et à la dépression. 

Il est important de ne pas confondre anxiété sociale, anxiété de performance et timidité. 
Dans le cas de l'anxiété de performance, on est dans une anxiété qui est liée aux situations d'évaluation. Dans le cas d'une timidité, ce qui change de l'anxiété sociale, c'est le taux d'angoisse, bien plus haut chez les personnes socialement anxieuses que les personnes timides. On considère qu'une personne timide s'adapte avec le temps, là où une personne socialement anxieuse ne s'adapte pas et en vient à éviter les situations qui créent chez elle une angoisse. 

L'anxiété sociale est une problématique très vaste et les symptômes sont nombreux. 
Pour plus d'informations, je vous invite à visiter : 

Dans mes recherches, j'ai visité un bon nombre de sites en français et en anglais, que je n'ai pas tous listés. Je vous conseille également d'utiliser un moteur de recherche et de faire vos propres requêtes si vous souhaitez vous informer sur l'anxiété sociale. 

Pourquoi est-il important de parler de l'anxiété sociale ? 

Il est important de parler de l'anxiété sociale, dans la mesure où c'est un trouble qui n'a été reconnu que récemment, mais qui est pourtant l'un des plus répandu
Plus on en parle, plus on sait gérer ce trouble, ce qui est utile non seulement pour les personnes qui en souffrent, mais aussi pour leur entourage, qui saura les mettre à l'aise plus facilement. 

C'est en informant les gens sur ce qu'est l'anxiété sociale et les différentes solutions qui existent pour vivre au mieux avec ce trouble que l'on crée un espace public plus bienveillant à l'égard des personnes qui en souffrent. 

Comment traiter l'anxiété sociale ? 

Si on se renseigne sur Internet, il y a mille et une façons de traiter l'anxiété sociale. 
De mes pérégrinations sur le web, voici ce que j'ai retenu : 
Pour moi, il est primordial d'établir un diagnostic avant toute chose, si possible chez un spécialiste. Internet regorge de listes de critères sur l'anxiété sociale, mais rien ne vaut un diagnostic établi par un professionnel de la santé mentale. 
Le fait de se reconnaître, soi ou une personne de son entourage, dans les critères est certes un bon indicateur, mais ce n'est probablement pas suffisant. 

Il est possible de traiter l'anxiété sociale par de la thérapie cognitivo-comportementale (TCC). 
Parfois, on prescrit également des médicaments. 

C'est également pour cette raison qu'il est toujours intéressant de faire établir un diagnostic par un professionnel : il saura vous aiguiller vers les solutions adaptées, et surtout, c'est lui qui a le pouvoir de vous prescrire une thérapie et/ou des médicaments. 

D'expérience, je sais qu'une bonne hygiène de vie peut rendre la situation plus supportable. 
Par bonne hygiène de vie, j'entends un bon équilibre entre la vie privée, la vie professionnelle et les loisirs, un mode de vie "sain" (pas d'alcool, de cigarettes, de drogues, de l'exercice physique), une bonne alimentation, un taux de sommeil suffisant... 

Mon expérience

J'ai fait, et je fais encore, l'expérience de l'anxiété sociale dans ma vie quotidienne, des deux côtés du miroir : en tant que personne plus ou moins atteinte (Je suis une ambivertie qui correspond à plusieurs critères. Mon cas est modéré et j'ai arrêté une thérapie avant qu'un diagnostic puisse être clairement et définitivement établi. ) et en tant que personne dont un proche est atteint. 

Mon expérience, que la pudeur m'empêche d'évoquer en détails, me permet de vous dire la chose suivante : 
Ce n'est pas une situation que l'on choisit, c'est une situation que l'on subit. 
Ce n'est pas de la mauvaise volonté. 
Ce n'est facile pour personne. 

Je sais que parfois, l'entourage peut vivre l'anxiété sociale d'un proche comme une plaie, et il est souvent tentant de remettre la faute sur celui qui est atteint. La vérité, c'est que les causes de l'anxiété sociale sont multiples et variées, et que ce n'est pas la faute de la personne qui souffre. 

Souvent, les troubles psychiatriques sont galvaudés : beaucoup de personnes pensent qu'une personne qui est atteinte est nécessairement folle (cf : la caricature du fou dans un "asile"). 
D'autres personnes, à contrario, ont tendance à les sous-estimer, et à se dire que si ça ne se voit pas, ça n'existe pas. La vérité, c'est que ça existe, et que ça peut faire tout autant, voire plus mal qu'une jambe cassée ou une crise d'appendicite. La souffrance et les symptômes sont différents mais pas moins réels. 

Mais c'est en parlant de l'anxiété sociale et des autres troubles psychiatriques que l'on informe les gens et crée des situations plus vivables pour tout le monde. 


J'ai écrit cet article dans le but de sensibiliser les gens à l'anxiété et à la phobie sociale, qui sont des maux dont beaucoup de gens souffrent, sans que leur entourage ou eux-même soient au courant. Beaucoup de problèmes peuvent être évités et des situations peuvent être améliorées si on est informé.

N'hésitez donc pas à partager cet article si vous le trouvez utile et à apporter vos précisions, si vous en avez. Les commentaires sont ouverts pour dialoguer sur le sujet. 
Je ne suis pas du tout médecin, et j'ai conscience que les résultats de mes recherches d'informations peuvent être limités. Ainsi, si vous voyez des erreurs ou des précisions qui peuvent être apportées sur le sujet, n'hésitez pas à me contacter. 

Tendrement, 
OihanaSymphony.