Monday, 24 April 2017

Par pitié, allez voter le 7 mai.



Bonjour, bonsoir tout le monde. 

Eh non, aujourd'hui, pas de "Hello" enjoué. Pour être sincère, le coeur n'y est pas tant je suis encore ébranlée par le résultat du premier tour des élections présidentielles. 
Je suis déçue, bien sûr, parce que le candidat pour lequel j'ai voté ne figure pas au second tour. 
Et je suis ébranlée et choquée de constater que, en 2017, ce parti d'extrême-droite qu'est le Front National peut encore se retrouver au second tour, avec plus de chances que jamais de se retrouver au pouvoir. 

C'est probablement un bon moment que passent les soutiens de Marine Le Pen et Emmanuel Macron, plus motivés que jamais à porter leur candidat respectif jusqu'aux portes de l'Elysée. 

Pour les autres, c'est une sale semaine qui a commencé. 
Pour beaucoup, le résultat de ce premier tour est une immense déception. 

Sur bien des réseaux sociaux, je croise des appels à ne pas aller voter pour le second tour, des appels à voter blanc, à ne pas se faire avoir par le système, à ne pas choisir entre la peste et le choléra. J'ai notamment croisé le hashtag #SansMoiLe7Mai, qui résume bien cet appel. 

Qu'on n'ait pas envie de voter, de choisir un candidat qui ne nous correspond pas, je le comprends. 
Mais par pitié, allez voter le 7 mai. 


Je ne suis personne et je n'ai pas d'appel à passer. Je ne suis personne pour vous dire ce que vous avez à faire ou non. Sauf que je vais tout de même le faire. 
Par pitié, allez voter le 7 mai. 
Ce n'est pas un ordre, c'est une supplication. 

Moi, j'irai. Non pas par envie, croyez-moi. 

S'abstenir, c'est laisser les autres choisir à votre place. 
S'abstenir, c'est laisser la situation vous échapper. 

Ce n'est pas un secret, l'abstention profite aux extrêmes. Et même si Emmanuel Macron n'est en aucun cas le candidat que je soutenais au départ, je me prépare à voter pour lui. Parce que m'abstenir, ce serait laisser d'autres décider pour moi et, quelque part, ce serait presque donner ma voix au FN. 
Il en va de même pour le vote blanc qui, je le rappelle, n'est toujours pas reconnu en France. 

Moi aussi, j'aimerais ne pas devoir voter pour un candidat qui ne me ressemble pas. Moi aussi, j'ai perdu espoir à l'issue du premier tour. 

Mais je vais voter parce que j'ai encore assez d'amour pour mon pays pour ne pas avoir envie de le voir tomber aux mains du Front National. J'ai encore assez d'amour pour la France pour lui souhaiter de ne pas quitter cette Europe que j'aime tant, pour lui souhaiter de ne pas fermer ses frontières. 

Je vais voter parce que je préfère voter pour un candidat progressiste que pour une candidate d'extrême-droite qui représente tout ce que je conspue dans la politique, dont le discours est basé sur la haine, la peur et l'intolérance. 

Alors vous aussi, faites de même. 
Renseignez-vous, lisez les programmes et vous verrez par vous-même. 

Il ne s'agit pas tellement de choisir entre la peste ou le choléra.
 Il s'agit surtout de faire le choix qui fera le moins de dégâts. 
Les extrêmes ne sont jamais une solution. 
L'histoire nous l'a prouvé. 

Par pitié, ne laissez pas tomber la France. 
Par pitié, faites preuve de patriotisme et de citoyenneté. 
Par pitié, allez voter le 7 mai. 

Le vote est un droit, mais c'est aussi un devoir. 

Hauts les coeurs et hauts les drapeaux, 
Plein d'amour, 
Oihana.