Tuesday, 6 June 2017

Enfin diplômée ! Bilan de mes 3 années à l'université !





Hello tout le monde ! 

La semaine passée, j'ai eu la grande joie d'apprendre que j'ai obtenu ma licence... avec mention assez bien ! 
J'ai donc officiellement obtenu mon second diplôme universitaire (j'ai obtenu mon DUT l'an passé) et cela signe la fin de ma troisième année d'études supérieures. 

Il me reste au moins cinq ans d'études, étant donné que je souhaite faire une thèse et devenir enseignante-chercheuse en Information-Communication, mais l'obtention de ma licence signe bel et bien la fin d'une époque et c'est pour moi le moment idéal de faire un bilan de ces trois années passées dans le supérieur, marquées par des moments de bonheur mais aussi de désillusion. 

L'IUT & la découverte de soi

Contrairement à certains, je n'ai pas passé trois années à la fac. A vrai dire, je n'en ai passé qu'une, techniquement. En effet, j'ai passé mes deux premières années post-bac dans un IUT (Institut Universitaire de Technologie). La fac me faisait un peu peur et après trois années un peu compliquées au lycée, j'avais besoin d'air frais et d'étudier des choses concrètes. 
Je me suis donc orientée sur un DUT Information-Communication, à Dijon, sur les conseils d'un de mes professeurs (contre l'avis de la majorité qui me voyait aller en prépa)

A l'IUT, j'ai pu me spécialiser dans un domaine qui m'intéressait, avec beaucoup de pratique, ce qui m'a énormément plu. De plus, les petits effectifs et la proximité avec le corps professoral ont vraiment facilité la transition du lycée aux études supérieures. A aucun moment je ne me suis sentie perdue et je n'ai pas eu de mal à trouver ma place. 

Grâce aux travaux pratiques et aux stages, j'ai également pu découvrir la communication sous un aspect plus pratique, plus vivant. J'ai travaillé dans une agence de communication et dans un centre de documentation, ce qui m'a permis d'en savoir plus et de préciser mes plans pour l'avenir. J'ai pu apprendre à mieux travailler en groupe (merci aux projets tutorés) et devenir plus dégourdie, plus professionnelle. 

Alors que je pensais m'orienter dans la communication culturelle et plus particulièrement dans l'industrie musicale, j'ai rencontré des professeurs qui m'ont intéressée aux théories de la communication et à la recherche. C'est à ce moment-là que j'ai décidé de devenir enseignant-chercheur. J'ai trouvé ma voie et ce que je veux faire de ma vie et ça, ça n'a pas de prix. 

Cerise sur le gâteau, lors de ces deux années, j'ai rencontré des personnes inspirantes avec des intérêts similaires aux miens et qui m'ont beaucoup fait évoluer et m'ont permis de développer ma personnalité et ma créativité.

Comme souvent dans la vie, il y a eu des moments moins drôles, des moments de fatigue, de stress, de rush (eh oui, l'IUT, c'est parfois plus de 40 heures par semaine...), mais je ne regrette rien. Ces deux années passées à l'IUT figurent parmi les plus enrichissantes et les plus heureuses de ma courte vie et si je pouvais, je n'hésiterais pas à y retourner. 
Vous l'aurez compris, ce sont des années que je chéris particulièrement ! 

Arrivée en fac & désillusion

Quand est venu le moment de décider ce que je voulais faire après l'IUT, je n'ai pas hésité une seule seconde. C'est en fac qu'il fallait que j'aille, pour avoir une formation plus théorique et pouvoir faire de la recherche. Grâce aux équivalences et aux crédits ECTS, j'ai intégré directement une troisième année de licence en information-communication. 

Avec tous les films américains que j'avais regardé dans mon enfance, j'avais une image très biaisée de l'université. Evidemment, je ne m'attendais pas au cliché de l'université américaine, mais disons que je me voyais déjà comme une étudiante impliquée et passionnée par ses cours magistraux, bien intégrée dans sa promotion, avec une tonne d'activités extra-scolaires à sa portée. 

Autant vous dire que j'ai déchanté le soir-même de la rentrée. 
Je me souviens m'être écroulée dans les bras de mon Geek en lui disant que ça allait être affreux et que je n'allais pas y arriver, cette année. 
Il faut dire que la réunion de rentrée m'avait laissée avec plus de questions que de réponses et que j'avais commencé la journée en me perdant dans le bâtiment... 

Heureusement, je n'étais pas seule dans ce pétrin puisque quelques camarades qui étaient avec moi en IUT avaient également rejoint cette filière. Ce sont ces mêmes camarades qui ont été pour moi de véritables alliées, cette année. Ce sont d'ailleurs presque les seules que j'ai eues puisque le nombre de nouvelles personnes avec qui j'ai sympathisé cette année se compte sur les doigts d'une main. 
Si l'IUT est propice aux nouvelles rencontres et aux rapprochements, l'arrivée en L3 dans une grande promotion ne l'est pas du tout. 

Autre désillusion : les cours. 
Si parfois, on tombe sur des enseignants exceptionnels, passionnés par leur matière, avec d'excellentes capacités de pédagogues, ce n'est pas le cas de tous. 
Pour ne rien vous cacher, la majorité des cours que j'ai suivis cette année ne m'a pas laissé un souvenir impérissable. En passant de l'IUT à l'université, je suis passée du concret à l'abstrait, et de 35h de cours (en moyenne) par semaine à... 15 ! Il y a eu peu de travaux pratiques et beaucoup de redites par rapport à ce que j'ai pu étudier en IUT.
Une déception quasi-totale, sauvée par quelques cours de profs passionnés et passionnants. 

En bref, cette troisième année de fac a été une déception sur bien des points. 
Je n'ai pas l'impression d'avoir appris beaucoup de nouvelles choses et si cette année a été enrichissante, c'est grâce aux passions que je me suis découvertes et grâce aux relations que j'ai cultivées. 

Cela dit, cette dernière année scolaire ne m'a, en soi, pas laissé une mauvaise impression. 
Certes, j'ai eu l'impression de stagner au niveau des cours, mais j'ai le sentiment d'avoir grandi en tant que personne, grâce à mon merveilleux Geek et aux personnes géniales dont j'ai été entourée. 
J'ai pu lancer mon blog, commencer à faire des vidéos et même avoir un job en CDI ! 
Et puis, je suis toujours aussi sûre de vouloir devenir enseignant-chercheur, ce qui est plutôt positif. Cette année a même renforcé ma volonté d'y arriver pour changer les choses. 

Moralité : ce n'est pas parce que tout ne vous réussit pas que vous ne pouvez pas vous épanouir. 

Bilan des 3 ans ? 

Si je devais dresser un bilan de ces trois années passées à la fac, je ne retiendrai que peu de choses au niveau universitaire au sens strict du terme. 
Certes, j'ai le sentiment d'avoir trouvé ma voie et je me plais dans mon champ d'études. 
Mais ce qui me marque le plus, c'est le chemin que j'ai parcouru en tant que personne. Je me connais mieux, je me suis découvert de nouvelles passions, me suis laissée influencer (positivement) par des personnes inspirantes et je me sens plus que jamais en phase avec moi-même. 
Je suis également devenue une personne plus spirituelle, ce qui m'a profondément changée. 

Quand je vois le chemin parcouru en trois ans, j'ai hâte de voir où j'en serai dans cinq ans, une fois que j'aurai fini mes études. 

Ces trois années n'ont pas toujours été facile, en particulier pour la dernière, mais je n'hésiterais pas à tout revivre, quand je vois toutes les choses positives qui me sont arrivées. 

Si tout se passe bien pour moi, je serai en Master l'an prochain (j'attends encore de savoir si je suis prise ou non), et je compte bien vous faire suivre mes aventures ! 

J'espère que ce bilan vous aura intéressé, qu'il vous aura aidé et fait sourire. 
Je vous embrasse, 
Oihana.