Thursday, 14 December 2017

Ces blogueuses qui achètent leurs abonnés.

Source : Pixabay

J'ai longtemps réfléchi avant de m'atteler à la rédaction de ce billet d'humeur. J'aime, j'adore la blogospère et tout ce qu'elle a pu m'apporter. C'est probablement pour cette raison que je n'avais pas forcément envie de parler de l'achat d'abonnés, sorte d'ultime tabou au sein de la blogosphère, souvent considéré comme une légende urbaine. Parler d'une telle pratique me brise le coeur, mais pas autant que de savoir que certain(e)s y ont recours en toute impunité. C'est pour cette raison que j'ai eu envie de vous en parler. 


Moi-même, je considérais l'achat d'abonnés Twitter, Facebook ou Instagram comme une légende urbaine. N'y ayant pas recours moi-meme (sinon j'aurais 1k d'abonnés Instagram et 5k sur YouTube...) je ne pouvais pas vraiment en parler. De plus, je ne connaissais personne qui y avait recours. Pas d'informations, donc, pas d'opinion, n'est-ce pas ? 
Et puis un jour, j'ai surpris une conversation dans un café. Une influenceuse (Gawd, je déteste ce mot) locale (que je connaissais de vue seulement) discutait avec, je suppose, une de ses amis. Il était question de son nombre croissant d'abonnés Instagram (elle avait rapidement passé le cap des 5k d'abonnés). Je m'attendais très sincèrement à ce qu'elle dise à son amie que ce nombre croissant d'abonné à une allure plus que respectable était dû à une harmonisation de son feed, un temps considérable passé à commenter les photos des autres, de meilleures hashtags... mais non. Je l'ai entendue prononcer cette phrase : "Bon, tu sais, je me suis un peu aidée. J'ai utilisé une application pour gagner des abonnés plus rapidement. Je ne voulais pas, au début, mais je n'arrivais pas à gagner des abonnés plus rapidement. Plus tu as d'abonnés, plus ça en attire. Puis, comme ça, les marques me trouvent plus intéressante. On me propose vachement plus de partenariats ! Et puis, c'est très courant, de faire ça". 

L'achat d'abonnés : une pratique réelle


C'est cette phrase qui m'a fait froid dans le dos et qui m'a fait réaliser : l'achat d'abonnés existe. Il existe et il me débecte. 

Il me débecte parce qu'il n'a de sens que parce que les réseaux sociaux sont devenus un métier à part entière, un véritable business où le nombre d'abonnés a plus d'importance que la qualité du contenu publié. Il me débecte parce qu'il est injuste : il y a des tas de personnes qui ont un blog, un Instagram, une chaîne, et qui galèrent à donner de la visibilité à leur travail, à rassembler une communauté. Des personnes qui mériteraient plus que tout que leur travail soit vu, qui investissent beaucoup de temps et même d'argent dans cette activité, de manière honnête et sincère. Des personnes qui mériteraient que des marques leur fassent confiance. Mais des personnes qui sont probablement évincées par quelques tricheurs qui voient la blogo' comme un business et qui se créent une bonne réputation en quelques clics. 

Ca me débecte parce que j'ai parfois l'impression que cette blogosphère que j'aime tellement, qui m'a tellement apporté est finalement corrompue jusqu'à la moelle. 

J'essaye de relativiser, de me faire une raison : oui, cette fille a acheté des abonnés et, moi qui suivais beaucoup son compte, ça m'en a dégoûté. Mais je sais aussi qu'elle a un feed très joli, de qualité, et plein de vrais abonnés, qui la suivent vraiment et commentent ses publications régulièrement. Malgré tout, elle a une vraie communauté. Mais à quel prix ? 

Peut-on encore avoir confiance ? 

Depuis que j'ai la preuve que l'achat d'abonné existe (et pas que dans un pays lointain), et que j'ai l'intuition que c'est une pratique répandue, je suis plus méfiante. Si un blogueur est capable d'acheter des abonnés, est-il honnête dans ses posts ? Est-il sponsorisé sans nous le dire ? 

Depuis cet épisode, en apparence insignifiant, je remets en cause la confiance que j'ai dans les blogueurs, et très peu influencent ma consommation. J'aime trop la blogosphère pour perdre totalement confiance, mais j'aurais au moins remis en question ma consommation blogo' : le nombre d'abonnés n'est pas synonyme de qualité et c'est loin d'être un milieu idyllique. 

Malgré tout, je ne perds pas espoir : je suis déçue mais pas démotivée, loin de là. Même si les nouveaux algorithmes de réseaux sociaux ne favorisent pas la visibilité pour les petits influenceurs, j'ai envie de travailler dur pour que mon travail soit reconnu. Et puis, reconnaissance ou pas, mon blog, mon Instagram, ma chaîne... ce sont avant tout des passions et je préfère avoir 200 abonnés fidèles (comme c'est le cas actuellement) plutôt que 20 000 absents
Et puis, si un jour je gagne en visibilité, j'apprécierai encore plus !  C'est loin d'être facile, mais pas impossible ! 

Et vous ? Vous connaissez des blogueuses qui achètent leurs abonnés ? 
Vous en pensez quoi de l'achat d'abonnés ? 

Oihana

PS : Si vous voulez en savoir plus, j'ai trouvé des articles très intéressants...